Quelle est l’histoire d’Athéna, déesse de la mythologie grecque ?

La déesse Athéna en statue

La déesse Athéna compte parmi les figures mythologiques les plus célèbres. Mais la connaissez-vous vraiment ? Que savez-vous de son histoire ? Des fonctions que lui attribuaient les Grecs… et les Romains, qui l’appelaient Minerve ?

Car évidemment, son histoire est en réalité celle des humains qui lui ont offert une place dans leur quotidien et dans leurs rites, au fil de l’Antiquité. On ne peut pas faire la « biographie » d’une figure issue des mythes.

Ce qui est important, c’est ce qu’elle symbolisait. La manière dont elle tenait une place dans la société, notamment figurée par des statues à son effigie. Voilà justement quelques informations essentielles à propos de cette déesse incontournable.

Athéna : l’essentiel à connaître sur cette figure mythologique

On pourrait consacrer tout un ouvrage à la fascinante Athéna. De nombreux experts en mythologie gréco-romaine s’y sont, d’ailleurs, déjà appliqué. Mais pour ces quelques lignes, nous vous proposons une synthèse, permettant d’apprécier le plus important en un coup d’œil :

Qui étaient les parents d’Athéna ? Une généalogie de choix

Athéna n’a rien d’une déesse anecdotique… puisqu’il s’agissait de la fille de Zeus, conçue avec une certaine Métis. Plus exactement, c’était l’unedes descendantes du fameux dieu des dieux : on lui attribue une progéniture très nombreuse.

Si vous vous demandez qui sont les frères et sœurs d’Athéna, sachez que la liste est longue ! On y compte notamment Aphrodite, Dyonisos ou encore Apollon.

Fait intéressant, pour conclure l’aspect généalogique : cette déesse était considérée comme chaste. Contrairement à d’autres protagonistes sulfureuses ou sulfureux de la mythologie grecque, aucune relation amoureuse n’a ponctué sa légende. Elle n’avait donc aucun enfant.

Quels sont les attributs et les fonctions de cette déesse ?

Comme vous le savez sans doute, toutes les entités mythologiques revêtaient une dimension symbolique. En somme, elles représentaient des aspects de la vie quotidienne, des problématiques humaines, ou encore des phénomènes terrestres (alors rarement explicables). Selon les cas, il était question de protéger les hommes – mais, pour diverses raisons, les dieux pouvaient aussi interférer négativement dans les affaires des mortels. Par exemple, on voyait en Eris la déesse de la discorde.

On considérait la déesse Athéna, elle, comme étant « aux côtés » des humains. Elle jouait un rôle défenseur ; c’est pourquoi on la représentait volontiers munie d’attributs guerriers. Parmi eux, un bouclier (ou égide), une lance, un casque… autant d’éléments que l’on retrouve aux mains des statues grecques de cette figure mythologique. Il s’agissait donc, sans surprise, de la déesse des stratégies militaires. Mais elle incarnait aussi l’équivalent des « patron(ne)s » dans la religion chrétienne, puisqu’elle protégeait les artisans, les maîtres d’œuvre, les professeurs…

Quels étaient le caractère et la personnalité d’Athéna ?

Contrairement aux dieux des religions monothéistes, généralement considérés comme se plaçant au-dessus des vices et des passions humaines, les déesses et dieux grecs, eux, avaient leurs qualités, leurs défauts… de manière souvent plus exacerbée que chez les mortels !

Athéna, en revanche, se voulait plutôt mesurée. Sachant qu’on la percevait comme la déesse de la sagesse… c’est plutôt logique. Il lui fallait le calme et la vigilance nécessaire pour défendre les humains sans se laisser envahir par ses propres agitations.

Lorsqu’on pose son regard sur une statue de cette entité, on sent généralement la bienveillance dont elle savait faire preuve. On dit parfois qu’Athéna était la plus appréciée parmi les déesses et dieux grecs. Sa fonction de conseillère en faisait une référence, un gage de fiabilité auprès des héros, notamment.

Quelle est la place de la déesse de la guerre dans l’art sculptural ?

En raison de sa popularité, au sens large du terme, Athéna occupe justement une belle et grande place dans l’art antique.

Bien au-delà de leur aspect esthétique, les sculptures qui représentaient cette immortelle étaient nécessairement rassurantes, et venaient assurer la protection des lieux.

Parmi les représentations les plus célèbres dont on ait gardé trace, il y a la statue d’Athéna Parthénos. Datée d’environ quatre-cent ans avant Jésus-Chris, elle n’existe aujourd’hui qu’en reproductions, l’original ayant malheureusement disparu.

Ces répliques permettent néanmoins d’admirer le visage paisible, presque maternel, que l’on prêtait à Athéna. Le bouclier ne manque évidemment pas à l’appel : c’était l’allégorie de ses pouvoirs de protection.

Si vous visitez le Louvre, vous découvrirez une variante un peu plus « sévère » de cette déesse, celle appelée Pallas de Velletri. Il s’en dégage quand même toujours une certaine modération, un calme qui caractérise le personnage.

La regrettée Athéna Promachos

Et pour en revenir aux itérations les plus connues, il serait absurde de ne pas mentionner la statue d’Athéna Promachos. Ses proportions exceptionnelles en font une œuvre d’art fascinante, dont on ne peut que regretter l’absence. Atteignant les quelques dix mètres de hauteur, elle avait tout d’une figure protectrice surplombant la foule mortellei.

Érigée sur l’acropole d’Athènes, elle participait au prestige de la fameuse cité grecque ; celle qui portait son nom, donc !

Cette sculpture réalisée en bronze, et donc plus sobre au niveau de ses matériaux que la déclinaison Parthénos (qui elle était une œuvre chryséléphantine, en facture d’or et d’ivoire), la Promachos n’en restait pas moins prestigieuse, et l’on ne peut que regretter les émeutes ayant conduit à sa perte.

La déesse Athéna : un incontournable de la culture universelle

Comme vous pouvez le constater, il y a tant à dire sur la déesse Athéna, que ce soit pour ses légendes, sa place dans les sociétés gréco-romaines anciennes ou ses représentations artistiques – les deux allant souvent de pair, d’ailleurs !

C’est notamment ce qui rend les statues à son effigie aussi intéressantes. Elle se fait l’écho de siècles, de millénaires d’histoire, et revêt une magnifique symbolique.

Puisqu’elle représentait la sagesse, l’intelligence, la mesure… les sculptures apparaissent généralement accueillantes et admirables.

Nous vous conseillons vivement de vous renseigner davantage sur cette déesse grecque et ses représentations. En tant que figure emblématique de l’histoire antique, elle permet de saisir, d’apprécier une multitude de réalités culturelles… tout en laissant planer une part de mystère. Et c’est ce mystère qui donne une dimension si particulière aux mythes anciens, n’est-ce pas ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *