Le dieu Grecque Apollon : Mythologie et Histoire

Dieu Grecque Apollon

Le dieu Grecque Apollon est l’un des plus importants de l’Antiquité. À la fois un dieu artiste et un guerrier implacable, découvrez ce que raconte l’histoire par rapport à ce dieu très vénéré, après Zeus, de l’Antique Grecque.

Qui est Apollon ?

Apollon est le frère de la déesse Artémis et fils de Zeus et de Léto. C’est un dieu appartenant à la seconde génération des Olympiens. Et comme Héra, la femme légitime de Zeus, était jalouse de Léto, elle n’a pas arrêté de la poursuivre autour de la terre. Fatigué et lassé d’être poursuivi, Léto a cherché refuge pour mettre au monde les enfants qu’elle portait. Comme toute la terre refusait de l’accueillir à cause de la peur d’Héra, elle s’est réfugiée sur une île flottante et stérile nommée Ortygie (l’île aux Cailles) connu aussi sous le nom de Astéria. C’était la seule qui a consenti à lui donner asile.

C’est au pied d’un palmier, le seul arbre de toute l’île que Léto donna naissance à Apollon. Mais toutes les déesses, notamment Athéna, étaient toutes auprès de Léto, mais ne pouvaient rien pour elle sans le consentement d’Héra. Et comme Héra retenait Ilithye, la déesse qui préside les accouchements heureux, les déesses décident d’envoyer Iris pour demander à Héra d’envoyer Ilithye. Pour adoucir la colère d’Héra, elles décidèrent alors de lui offrir un collier d’ambre et d’or épais de neuf coudées. À ce prix, Héra consentie alors laisser Ilithye à descendre de l’Olympe pour Délos.

Léto s’agenouilla alors au pied du palmier pour mettre au monde Artémis qui va aider sa mère à mettre Apollon au monde. Ayant fait face à la souffrance de sa mère, la jumelle d’Apollon, Artémis décida de rester vierge pour toute sa vie. Au moment de la naissance d’Apollon, des cygnes sacrés vinrent alors voler au-dessus de l’île. Comme on était au septième jour du mois, les cygnes faisaient alors sept fois le tour de l’île.

L’origine du mythe d’Apollon

Bon nombre de statues Grecques représente ces dieux puissants et magnifiques déesses. Tout juste après sa naissance, Zeus fit aussitôt des présents à son fils : une mitre d’or, une lyre et un char attelé de cygnes, ce qui n’apaisa pas la colère de Héra.

Chez les Hyperboréens

Zeus ordonna ensuite à Apollon d’aller à Delphes, mais au lieu de cela, les cygnes emmenèrent Apollon sur les bords de l’Océan chez les Hyperboréens qui ont voué à Apollon un culte qu’ils célèbrent sans cesse. Apollon y demeurera alors un an et recevra les hommages des Hyperboréens avant de revenir en Grèce et parvenir à Delphes. Cigales, rossignol et même la nature fêtent et chantent en son honneur. Depuis, chaque année, à Delphes, la venue d’Apollon sera célébrée par des hécatombes.

À Delphes

Une fois à Delphes, il va tuer le Python (fils de Gaia) qui veillait sur l’oracle de Thémis. Il délivra alors la ville de toutes sortes de déprédations qui causaient des troubles au niveau des sources et des ruisseaux, ravageant la plaine fertile de Crissa. Python épouvanta aussi les Nymphes, enlevait les troupeaux et les villageois par la même occasion.

En outre, on raconte aussi que Python était chargé de poursuivre Léto quand elle portait encore Apollon et Artémis. En tuant le monstre, il venge alors par la même occasion sa mère. Mais il ne s’arrête pas là, Apollon va ensuite s’emparer du vieux sanctuaire que le dragon défendait : l’oracle de Thémis et consacrât dans le sanctuaire un trépied : l’un des symboles d’Apollon.

C’est ainsi qu’il fonde à Delphes son sanctuaire qui est prêt à devenir le centre universel du culte d’Apollon. Il y pose alors lui-même les fondations de son temple et organise tous les 4 ans les Jeux pythiques pour commémorer sa victoire sur le Python. Pour se purifier de la souillure entraînée par le meurtre du dragon, Apollon a dû aller dans la vallée de Tempé et Thessalie.

Les amours d’Apollon

Apollon est représenté comme un dieu non seulement très beau, mais aussi très grand et remarquable par ses longues boucles noires et reflets bleutés. Il eut alors de nombreuses amours que ce soit avec des Nymphes ou avec des mortelles. Il s’éprit alors d’amour pour la nymphe Daphnée, la fille du dieu fleuve Pénée, en Thessalie.

Cet amour en question avait été inspiré par la rancune d’Éros. En outre, ce dernier était irrité par les moqueries d’Apollon qui le railla à cause de ses exercices de tir à l’arc, l’arme par excellence d’Apollon.

Daphné ne répondit pas aux désirs d’Apollon. Elle s’enfuit alors dans la montagne et Apollon continua de la poursuivre. Mais au moment où elle allait être atteinte, elle supplia son père, dans une prière, de la transformer. Ce dernier accéda à sa demande et la transforma alors en laurier qui devint l’arbre consacré à Apollon.

Apollon se tourne alors vers la nymphe Cyrène et engendre un demi-dieu Aristée. Avec Uranie, il aurait engendré les musiciens Linos et Orphée, mais l’une de ses aventures les plus célèbres se rapporte à la naissance d’Asclépios. Dans la relation, il fut alors victime de l’infidélité de Coronis.

Il en est de même avec Marpessa, la fille d’Evénos. Elle fut enlevée par le fils d’Apharée, Idas dans le chariot ailé offert par Poséidon à Idas qui emmena la jeune fille à Messène. Idas et Apollon se battirent alors, mais ils furent séparés par Zeus.

Marpessa eut donc le droit de choisi entre les deux amants. Craignant d’être abandonnée dans sa vieillesse, elle se tourna donc vers le mortel.

Avec Cassandre, la fille du roi de Troie Priam et de Hécube accepta les avances d’Apollon, car celui-ci lui a promis de lui apprendre l’art de la divination. Elle accepta alors les leçons, mais une fois bien instruite, elle refusa de s’unir à lui. Pour se venger, Apollon lui retira donc le don d’inspirer confiance dans ses prédications de ce fait, plus personne ne croyait ses prédications.

Ce ne sont que quelque un des amours d’Apollon. Mais il est aussi important de souligner qu’il ne se borna pas aux femmes. Il s’éprit aussi d’amour pour de jeunes gens et les plus célèbres sont Hyacinthos et Cyparissos dont la métamorphose l’affligea profondément.

Les cultes rendus à Apollon

À Delphes et à Délos se trouvent les plus célèbres sanctuaires d’Apollon. On y trouvera de nombreux ex-votos et des trésors qui parsèment la voie sacrée qui mène au grand temple. Comme Délos est l’île qui a accueilli Léto lorsqu’elle était en proie aux douleurs de l’enfantement, elle est donc toute vouée à Apollon et à Artémis. Elle connait alors une importante fréquentation de pèlerin et chaque printemps, les Delia y sont célébrées. Il s’agit de toute une procession venant de la Grèce venue pour chanter les hymnes en honneur de Léto et de ses enfants.

Mais son culte est attesté dans toute la Grèce. À Bassae, en Arcadie, un temple est dédié à Apollon Épikouris (secourable) qui a sauvé les habitants de la peste. Tandis qu’à Argos, sur l’île Leucade, des cultes sont aussi rendus à Apollon et les prêtres du dieu pratiquent le katapontismos.

À Rome, dès 433, les Romains dressent un temple à Apollon médecin, tout près du Champ de Mars. Les cultes pour Apollon se succèdent alors jusqu’à ce que son fils Asclépsios prenne le relais et endosse le rôle de guérisseur. Ce dernier sera ensuite considéré comme le protecteur des livres sibyllins et du recueil d’oracles grecs. En cas de catastrophe, on le consultera alors pour savoir quel type de cérémonie expiatoire doit être accomplie.

Pour conclure, nous espérons que ce bel article vous aura plu. Nous vous invitons à le partager autour de vous et n’oubliez pas de débloquer votre accès premium en vous inscrivant ci-dessous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.